LA RAGE DE PIERRE-VICTOR GALTIER

Jean-Jacques Perrut nous parle volontiers de Pierre-Victor Galtier dont il a retracé les mérites dans un de ses ouvrages « Faut-il déboulonner la statue de Pasteur? »

Cet homme, inconnu, mérite une réhabilitation.

 

Pierre-Victor Galtier est né le 15 octobre 1846 en Lozère, près de Langogne, où ses parents faisaient valoir une petite propriété agricole. Tout jeune, comme tous les enfants de paysans, il est confrontée à la rude vie de cette époque, rythmée par les travaux de culture et d’élevage. Quittant deux fois l’école tenue par les religieuses, il sera confié à) sa grand-mère et fera ses études au collège de Langogne puis au lycée de Mende et sera reçu bachelier mention très bien à la Chapelle -Saint-Mesmin que dirige alors Monseigneur Dupanloup. Il prépare sa licence tout en étant maître d’études au collège de Marvejols et obtient la bourse créée par le département de Lozère pour permettre à un étudiant peu fortuné de devenir vétérinaire. Reçu premier au concours d’entrée à l’école vétérinaire de Lyon, il demeurera premier tout au long de ses quatre années d’études.

En 1873, il collaborera avec un vétérinaire d’Arles, Monsieur Delorme, dont il épousera la fille .  En 1876, il est nommé sur concours chef de clinique d’anatomopathologie et de police sanitaire à l’école vétérinaire de Lyon, puis, toujours sur concours, il obtient en 1878 la chaire des maladies contagieuses où il effectuera pendant trente ans une remarquable carrière, auteur de travaux prestigieux.

Lire la suite

Publicités